Tour du monde : On fait le bilan

Centre de recherche sur le Panda géant de Chengdu

 

A la suite de notre voyage, voici quelques questions/réponses qui viendront répondre à la plupart des interrogations que l’on nous pose quand nous évoquons notre aventure. Si après la lecture de l’article il vous en reste toujours, vous pouvez nous les poser en commentaire en bas de page.

  • Combien ça coûte un tour du monde ?

Tout compris nous avons dépensé environ 15 200 euros par personne. Il y en a pour 2 200 euros de billets d’avions (que nous avons réservé nous même sans passer par une agence « tour du monde »), pour quasiment 10 000 euros de dépenses sur place (hébergement, transports locaux, nourriture, imprévus,…) et nous avons estimé à un peu plus de 3 000 euros pour les frais divers (visas, vaccins, équipement,…). Nous avions prévu 17 000 euros/personne, donc c’est du tout bon ! Pour les plus curieux tout est expliqué en détail sur la page Budget d’un tour du monde.

  • Quel est votre pays préféré ?

Romain : Je dirais l’Argentine pour plusieurs raisons : nous y sommes restés assez longtemps, il y a une très grande diversité de paysages (du désert au nord aux glaciers au sud), les gens ont le « smile » et la nourriture est bonne (quoique pas forcément très variée). Mais j’ai aussi adoré les USA.

Jez : Difficile de choisir un pays, certains pays apportant une expérience totalement différente des autres, il est difficile de dire si c’est mieux ou pas. Pour les mêmes raisons que Romain j’ai également beaucoup aimé l’Argentine, mais je garde également un très bon souvenir du Népal. En effet, il y a eu l’expérience couchsurfing à Katmandou qui s’est révélée assez folklorique et le trek dans les Annapurnas  qui nous a permis de côtoyer des sommets parmi les plus hauts de la planète. C’est déjà beaucoup pour ce petit pays coincé entre la Chine et l’Inde.

  • Le pays que vous avez le moins aimé ?

Romain : La Chine car nous y sommes restés peut-être un peu trop longtemps (presque 2 mois) et j’ai eu un peu de mal avec la nourriture (c’est bien différent des restaurants chinois en France) et la culture chinoise. Non pas la culture magnifique et ancestrale de ce pays mais plus la façon de vivre qui est bien différente de ce qu’on trouve ailleurs. La saleté et l’impolitesse des chinois en groupe sont assez effrayantes. Il reste malgré tout une grande gentillesse de leur part et des paysages magnifiques qui ne devraient pas tous survivre bien longtemps…

Jez : Le Brésil n’a pas été le pays le plus marquant à mes yeux. Je pense que nous n’avons pas pu profiter pleinement du pays pour plusieurs raisons. On nous a beaucoup parlé de l’insécurité là bas, on s’est fait relater des histoires pas franchement réjouissantes… et comme il s’agissait de notre dernier pays visité, on était un peu sur nos gardes pour qu’il ne nous arrive pas de tuile, du coup, il est difficile dans ces conditions de profiter pleinement du temps passé là bas. Et puis, il y avait peut-être un peu de lassitude, le retour était déjà un peu dans nos têtes.

  • Où est-ce qu’on mange le mieux ?

Romain : Hormis les USA pour les fans de burger (dont je fais parti) c’est bien sûr en Inde ! Presque entièrement végétarien mais la richesse et la saveur des plats sont impressionnantes. Du fromage, des épinards, des petits pois, des galettes de pain et des épices en pagaille, des pommes de terre, du riz, et tant d’autres ingrédients dont je ne connais même pas l’existence forment quelques dizaines de plats délicieux. Le tout est bien entendu souvent servi à prix très modique.

Jez : Sans hésiter, je met aussi l’Inde en tête. En Argentine, on a aussi pas mal mangé, la viande est notamment très bonne, mais c’est clairement plus proche de ce qu’on connaissait déjà comparé à l’Inde.

  • Où est-ce qu’on mange le moins bien ?

Romain : La Chine se distingue une nouvelle fois. Je suis difficile mais la nourriture qui nous était souvent proposée me dégoûtait plus qu’autre chose. Du poulet aux os, du riz à moitié froid, des pattes de poulet, une sorte de salade chaude servie dans les noodles,… pas de grands souvenirs de ce côté là. Il faut signaler que nous avons enchaîné les petites gargotes et n’avons jamais testé les plats plus chers (hormis pour le canard laqué) qui sont surement de meilleure qualité.

Jez : Même si je n’ai pas été traumatisé par la nourriture chinoise, j’avoue qu’il est parfois difficile de terminer ce qu’on vous sert, ils ne sont vraiment pas difficiles et ça se ressent dans les assiettes. Dans une moindre mesure, je n’ai pas été emballé par la nourriture thaï, on a peut-être pas testé les bonnes choses, en tous cas je m’attendais à mieux.

  • Quelle est la plus jolie ville que vous ayez vue ?

Romain : La première ville visitée fut aussi la plus belle de mon point de vue. Les lecteurs attentifs auront reconnu Saint Petersbourg, en Russie. Nous avons commencé par passer 4 jours dans cette ville et je crois que c’est celle qui offre les plus beaux monuments, le plus beau musée (l’Hermitage) et une situation géographique assez unique. L’eau est partout, les ponts sont très beaux et la latitude de la ville donne une ambiance spéciale car, à l’époque de l’année où nous y étions, nous n’avions qu’environ 1 heure de « presque » nuit.

Jez : Idem :)

  • Les plus jolis paysages ?

Romain : Difficile de choisir un endroit précis mais les premiers qui me viennent à l’esprit sont le désert de Gobi en Mongolie et le Fitz Roy en Argentine. Deux endroits vraiment très beaux, très différents aussi. C’est sauvage et grandiose à la fois.

Fitz Roy

Jez : Lors du trek au Népal, je me suis levé une nuit pour aller admirer le paysage. Sous le ciel étoilé, on pouvait facilement distinguer une montagne enneigée, pourtant lointaine et dont le sommet devait culminer à plus de 7 000 voire 8 000 mètres . Il n’y avait aucune lumière (artificielle), aucun bruit, c’était vraiment très impressionnant. Le lever de soleil (presque) au sommet du Huayna Potosi en Bolivie était aussi exceptionnel. Mais nous avons vu beaucoup d’autres paysages magnifiques.

  • La meilleure expérience du voyage ?

Romain : J’aurai été tenté de dire l’auto-stop mais je choisi le snorkeling et la plongée. N’étant pas un grand fan de la mer en Bretagne, les fonds marins sous les tropiques sont juste magnifiques. Une variété de poissons et de couleurs que l’on peut voir aussi facilement dans des eaux claires et chaudes c’est une expérience extra.

Jez : Je suis plus branché montagne que mer, et sur ce point le trek dans les Annapurnas m’aura donné goût à la randonnée. Mais je garde un excellent souvenir de nos 3 périples en auto-stop. On passe des heures à (auto-censure) s’ennuyer au bord des routes, mais au final c’est toujours riche en suspens et en belles rencontres, c’est dans ces moments qu’on a été le plus proches des locaux.

  • Votre moins bonne expérience ?

Romain : Les différents trajets en bus (très présents en Amérique du Sud) ne me laissent pas spécialement un bon souvenir. En général ça pue, c’est long et y a pas trop de place pour les jambes. La palme revenant au trajet de 24 heures en Chine entre Lijiang et Chengdu où le bus était pourri (l’eau tombait dedans) et très sale, les cafards nous montaient dessus et la route défoncée. Que du bonheur !

Jez : Ma pire journée de voyage est sans doute la journée d’auto-stop à Philadelphie. Le froid polaire qui s’est abattu sur nous ce jour là m’a vraiment fait souffrir physiquement.

  • Des bobos, des maladies à signaler ?

Romain : Me concernant une fracture du poignet en Argentine qui m’a embêtée pour la fin du voyage, un début d’infection de la maladie de Lyme en Russie (traitée à temps) suite à la piqûre d’un tique et diverses touristas (principalement en Asie). Ce sont les aléas du voyage, heureusement sans grandes conséquences par la suite.

Jez : J’ai commencé le voyage par une bonne sinusite due aux effets secondaires des vaccins et au fait de prendre l’avion. Mis à part ça, quelques troubles digestifs auxquels on ne peut échapper… mais globalement je m’en sors très bien.

  • Au final vous repartiriez ou pas ?

Romain : Oui ! Il y a plusieurs moments où je pestais contre les transports, la fatigue, le bruit, les gens qui nous harcèlent dans la rue, les musées en trop grand nombre, … mais au final nous avons eu la chance de voir énormément de choses, de rencontrer des gens formidables et d’admirer la richesse de la nature de notre belle planète.

Jez : Oui. Peut-être pas aussi longtemps par contre ou alors dans un contexte différent, avec un projet. Mais le goût de voyage et l’envie de nouveauté sont intacts.

  • Des choses à modifier sur le contenu de votre sac à dos ?

Romain : Pas grand chose au final, il ne faut pas emporter trop de vêtements ça ne sert à rien. Nous nous sommes rapidement débarrassés des affaires superflues après 2 mois de voyage. Plusieurs sortes de médicaments n’ont jamais servis non plus, notamment la Malarone contre le paludisme. Ça ne sert à rien de trop en emmener car on trouve toutes sortes de traitements à peu près partout. Par contre une tablette aurait été un plus pour occuper les trajets qui sont souvent long.

Jez : Partir un peu plus léger, 2 kilos en moins dans le sac, ça peut changer beaucoup de choses. Mais comme Romain l’a précisé, nous nous sommes un peu délestés assez rapidement.

Auberge Koten-Aike - Puerto Natales

 

  • Que devenez vous depuis que vous êtes rentrés ?

Romain : Depuis 3 mois que nous sommes rentrés je suis à la recherche de travail car j’avais démissionné avant de partir. J’ai profité du temps libre et de l’été pour refaire quelques petits voyages en Europe mais pas de gros trip de prévu pour l’instant de mon côté.

Jez : J’ai repris mon ancien travail car j’étais en congé sabbatique. Si cela fait un choc au tout début, les habitudes reviennent rapidement. Mon travail n’étant pas en soi pénible, le plus dur a été de reprendre le rythme et d’accepter de ne plus avoir autant de libertés que pendant le voyage.

  • Avez vous l’impression d’avoir changé ?

Romain : Oui un petit peu surement. Je fais plus attention au gaspillage, une meilleure endurance qu’avant de partir même si ça reste pas exceptionnel. Je suis aussi plus sensible à ce qui se passe dans les pays que nous avons traversés. Et nous avons rencontrés tellement de gens d’une gentillesse incroyable qu’il est bon d’essayer de devenir soi même un peu plus ouvert et prêt à aider les autres.

Jez : J’ai progressé en géographie. Plus sérieusement, un tel voyage est une leçon de vie qui nous remet à notre place. Je pense qu’on relativise beaucoup plus de choses après une telle expérience.

  • Combien de photos avez vous prises ?

37 147 photos et vidéos ! Nous sommes des professionnels de la gâchette, les photos nous ont beaucoup servies pour écrire les articles et se rappeler des endroits où nous sommes passés. Il y a également quelques centaines de vidéos qu’il faudra un jour exploiter pour en faire un petit film !

  • Une rencontre marquante ?

Romain : Il y a tellement de gens qui ont été gentils avec nous, tout spécialement quand nous faisions du stop, mais une rencontre marquante reste Victoria, en Russie. Nous étions partis depuis seulement 5 jours et complètement perdus dans Veliky Novgorod à la recherche d’un hôtel quand Victoria est venue nous aider à trouver un truc bien et à négocier l’hôtel pour nous. Nous avons ensuite passée la soirée avec elle et son mari à la découverte de leur ville, ils voulaient tout nous offrir, nous étions leurs invités et avons passés un moment incroyable !

Jez : Dans un bus en Inde, alors que nous commencions à nous embrouiller avec le contrôleur qui cherchait à nous arnaquer, une personne est venue à notre rescousse. Seulement, cette personne ne parlait pas et écrivait sur des bouts de papier… mais grâce à elle nous avons pu payer le même tarif que tout le monde pour ce trajet en bus. En fait, cet homme était un écrivain qui avait fait vœu de silence suite au décès de son oncle. Depuis quasiment 5 ans il n’avait pas dit un mot, chose assez incroyable, surtout en Inde, pays le plus bruyant au monde. Il nous a même proposé de passer quelques jours chez lui, mais nous ne pouvions pas car nous étions à quelques jours de prendre un avion. En guise de relique j’ai un de ses livres dédicacé. J’ai été marqué par la volonté de cette homme.

  • Dans de combien de McDonald’s avez vous mangé ?

Ouh là la pas assez :) Difficile à dire mais Ronald est notre ami et nous y sommes allés pas mal de fois. Nous pouvons juste vous dire que nous n’y sommes pas allées en Mongolie, au Népal, en Birmanie et en Bolivie car il n’y a pas de Mcdo dans ces pays mais sinon nous avons testé dans tous les autres pays.

  • Quels moyens de transport avez vous essayé ?

En 1 an nous avons eu le temps de tester pas mal de modes de transport comme les plus classiques : avion, train, bus, bateau et voiture. Mais nous sommes aussi montés sur des vélos, des rickshaws, des pousse-pousse, motos, radeau de bambou, dromadaire, kayak, canoë de rafting, éléphant, à l’arrière d’un pick-up, à 13 dans une jeep 2 places, dans une voiture de police,…

  • Il y a beaucoup de monde qui a suivi votre aventure ?

A la base nous avions fait le blog pour la famille et les amis afin qu’ils puissent nous suivre facilement en voyant nos récits et photos puis nous nous sommes rendus compte que ça intéressait d’autres personnes, aussi bien des voyageurs en quête d’informations que des gens qui aiment lire des blogs voyages. La rédaction du blog demandait beaucoup de temps mais c’est, au final, un vrai plaisir d’avoir pu partager notre aventure avec le plus grand nombre. Nous comptabilisons maintenant un peu plus de 200 personnes sur notre page facebook, il y a en moyenne 50 personnes qui viennent sur le blog chaque jour (on a même dépassé les 100 personnes/jour plusieurs fois)  et depuis un peu plus d’un an il y a eu environ 70 000 pages visitées ! Vous venez également des quatre coins du monde, nous avons recensé des connexions depuis la Nouvelle Zélande, la Zambie, l’Iran, Haiti, la Colombie et tant d’autres.

Nous tenons à vous dire que le blog restera en ligne, vous pouvez bien entendu relire nos articles comme bon vous semble, et vous serez surement surpris d’apprendre que l’article le plus consulté aborde le problème de la création du visa chinois à Oulan Bator ! César va faire la tête…

Nous profitons également de ce dernier article pour remercier tous les gens qui nous ont suivi, tous ceux qui nous ont aidé et toutes les personnes formidables que nous avons rencontrées. La liste serait trop longue à énumérer mais un grand merci à tous. Thank you. Muchas gracias. Spassiba. Obrigado. Xièxiè. Païschla. Dhan’yavāda !

Jodhpur

Laisser un commentaire