A São Paulo on évite les jeux de mots

Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Mercredi 30 avril, nous quittons Foz do Iguaçu pour São Paulo. Un trajet de nuit nous attends alors que nous sommes encore trempés à cause de la visite des chutes sous des trombes d’eau. Romain a toujours le cafard pendant ce genre de trajet, le cafard le lui rendra bien en le mordant pendant la nuit :

Dès que le bus s’arrête, on voit des dizaines d’insectes un peu partout, le bus est infesté. Nous voyageons avec la compagnie Expresso Kaiowa et avons payé 175 Real chacun (57€).

Le 1er mai, nous ne chômerons pas et irons faire un « Free Walking Tour ». Il s’agit d’une visite guidée de la ville faite par des locaux. Si le tour est gratuit dans le principe, une petite contribution est très fortement conseillée. Il existe 2 tours dans cette ville, nous faisons celui qui concerne l’avenue Paulista. Pendant plus de 3 heures Rafa, notre guide, va nous expliquer un peu l’histoire de la ville et de ses bâtiments.

São Paulo est la plus grande ville du Brésil et la plus peuplée d’Amérique du Sud (11 millions d’habitants), du coup vous imaginez bien qu’on est loin de tout voir avec un tel tour. Néanmoins, c’est une approche qui nous change un peu et nous permet d’apprendre pas mal de choses. C’est d’autant plus intéressant que la ville n’est pas réputée être jolie ou spécialement intéressante, Rafa a donc pour objectif de nous la rendre passionnante.

Le pauvre passe son temps à parler super fort en nous donnant pas mal d’informations sur la ville telle qu’elle est aujourd’hui mais aussi son évolution dans le temps. S’il parle super fort, c’est qu’il y a un bruit de circulation automobile permanent (Breaking news : la ville vient de battre le record d’embouteillages avec 344 km… ça laisse rêveur) et qu’il faut aussi que tout le monde l’entende, et nous ne sommes pas que tous les 2 :

Nous partons donc à la découverte de l’avenue Paulista qui dispose d’une riche histoire. Cette avenue est le centre des affaires de la ville. Du coup, il y a beaucoup de grands immeubles :

Si l’avenue n’est pas spécialement jolie, on y trouve quelques curiosités comme des vieux bâtiments, qui subsistent car il est désormais interdit de les démolir.

Outre cela, certains bâtiments ont une architecture un peu spéciale :

Nous verrons ensuite le parc du Trianon, petit bout de jungle en plein centre-ville :

De là, nous verrons le MASP (Museu de Arte de São Paulo), situé en hauteur afin de ne pas boucher la vue depuis le parc sur le reste de la ville :

Sur la place où se trouve le musée, nous serons amusés de voir des dizaines de personnes de tous ages s’échanger les cartes panini avec les joueurs de foot de la coupe du monde :

Au bout de la rue, on trouve un portrait géant d’Oscar Niemeyer, célèbre architecte brésilien décédé fin 2012 :

On lui doit la construction de Brasilia, la capitale brésilienne, et beaucoup d’autres monuments à travers le monde comme la maison de la culture du Havre (de là à dire que c’est une raison suffisante pour aller se perdre là bas…).

Après plus de 3 heures de visite guidée intense, Rafa est rincé, et il est pour nous l’heure d’aller se reposer car après une nuit dans le bus nous ne sommes pas dans une forme éclatante.

Si nous avons apprécié la formule, nous ne nous voyons pas refaire l’autre « Free Walking Tour » dans le centre historique, ça reste à consommer avec modération.

Le 2 mai, nous décidons d’aller voir le parc d’Ibirapuera. Ce parc est un géant (plus de 1500km²) et nous ne pourrons pas en faire tout le tour.

En route, nous profitons du beau temps pour prendre quelques photos sur notre passage :

Pour le déjeuner, nous mangerons des Beirut, sandwich très répandu dans les environs :

Aux abords du parc, on trouve le monument aux drapeaux qui rend hommage aux Bandeirantes, pionniers du XVIIème siècle qui sont allés explorer l’intérieur du pays à la recherche de richesses minérales ou d’indigènes pour en faire des esclaves.

Le parc en lui même est très plaisant, il y a beaucoup de monde qui y fait du vélo, du roller ou qui flâne simplement sur les pelouses.

Après s’être posés un peu en observant les brésiliens et brésiliennes qui viennent parfois juste pour se montrer, nous prenons la direction de Centro, le centre historique. On y trouve quelques rues piétonnes avec de grands bâtiments assez jolis :

Mais ce qui va nous choquer, ce sont les rues situées un peu en contrebas qui sont tout simplement bondées :

Tout ce monde nous rappelle vaguement l’Inde ! Bon c’est vrai qu’il manque quand même les vaches, les tuk-tuk…

Concernant la coupe du monde en approche, ça se voit un peu partout :

Outre cela, 95% des pubs télé y font référence.

Sur conseil du réceptionniste de l’auberge, nous irons ensuite au Mercado Municipal. Ce marché couvert est connu pour les fruits dont certains nous sont totalement inconnus. Il est possible de les goûter si l’on prend un air vaguement intéressé :

Mais nous sommes venus pour tester autre chose, une spécialité locale, le sandwich à la mortadelle :

Ce n’est pas mauvais, mais il y a plus de mortadelle que de pain !

On craquera également pour quelque chose d’un peu plus sain, la salade de fruits :

Le soir, nous irons dans un bar situé tout près de notre auberge, le Cervejaria Nacional.

Ce bar brasse ses propres bières et nous pourrons même avoir une petite visite guidée très instructive de la partie brasserie :

Le lendemain, nous irons un peu nous promener près de chez nous, toujours sur les bons conseils du personnel de l’hostel, et ferons un tour au marché :

En ce moment, nous sommes assez avares de découvertes culinaires, nous prendrons un « pastel », sorte de chausson fourré avec de la viande ou du fromage, afin de manger local :

Puis, près de là se trouve le « Beco do Batman », allée pleine de murs entièrement tagués :

Nous verrons également une autre curiosité avec ce mur plein de végétation :

Sur le chemin du retour, on tombera sur un magasin qu’on a pas vu depuis bien longtemps…

Nous vérifions que tout est en ordre, les classiques sont bien là :

Ensuite, grâce à Matthieu, français travaillant à notre auberge et avec qui nous avons sympathisé, nous regarderons la finale de la coupe de France entre Rennes et Guingamp à la télé :

Les quelques personnes qui passent par là doivent bien se demander ce qu’est ce match de foot, car le foot français n’est pas très diffusé à l’étranger, surtout un match qui n’intéresse que les bretons…

Le dimanche 4 mai, nous quittons São Paulo au petit matin et prenons la direction de Paraty où nous arriverons dans l’après-midi.

Toutes les photos de São Paulo sont dans la galerie Brésil.

Laisser un commentaire