Colonia express

Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Mardi 15 avril, nous partons temporairement de Buenos Aires pour un séjour express en Uruguay. L’Uruguay est un petit pays (à l’échelle de ses voisins) coincé entre l’Argentine et le Brésil. Sa capitale est Montevideo, ville que nous visiterons, mais une des plus jolies ville du pays est Colonia del Sacramento. Cette citée minuscule est située juste en face de Buenos Aires, les 2 villes étant séparées par un estuaire large d’environ 50 kilomètres à cet endroit.

Nous prenons le bateau depuis la capitale argentine pour rejoindre Colonia, c’est le moyen le plus simple bien que ce ne soit pas donné (330 pesos par personne soit environ 30€ au taux « officiel » avec la compagnie Colonia Express). Nous arrivons en début d’après-midi à Colonia, bienvenido en Uruguay :

Nous changeons enfin de frontière après fait d’innombrables allers-retours entre le Chili et l’Argentine. Nous avons prévu de passer 3 nuits en Uruguay, 1 nuit à Colonia et 2 à Montevideo.

Nous prenons nos quartiers à l’auberge Che Lagarto, chaîne présente dans toute l’Amérique du Sud, et qui s’avère bien tranquille. Drôle d’incitation à l’écologie :

Nous souhaitons retirer des dollars en Uruguay (afin de les changer en Argentine) et nous passons un peu de temps à faire le tour des distributeurs. Bien souvent, ça ne marche pas et surtout ils prennent tous 6$ de commission par retrait dont le montant maximum est de 200$… au final c’est un peu moins rentable que ce que l’on pensait.

Nous avons l’après-midi pour visiter la vieille ville qui s’étend sur seulement quelques rues. Tout se fait très rapidement et facilement. Cette ancienne citée coloniale est pleine de charmes :

Les petites rues pavées, les anciennes bâtisses et la tranquillité lui donne un aspect très sympathique, ça nous change de Buenos Aires qui est la deuxième plus grande ville d’Amérique du Sud.

Comme vous l’aurez compris, Colonia est située au bord de l’eau et nous arpentons le front de mer.

Nous allons ensuite marcher du côté du port :

Puis nous poursuivons par le cœur de la vieille ville :

Nous apercevons même une chiassée de perroquets qui squattent les arbres à la recherche de proies  :

Avant le coucher de soleil que nous allons aller admirer sur le bord de mer, nous profitons des derniers rayons de soleil :

Comme dirait Clara, nous assistons ensuite à un instant magique, un instant parfait … bref à un coucher de soleil :

Le coucher de soleil sur la mer est magnifique, nous avons la chance d’avoir un temps splendide et pour une fois, pas de montagne pour cacher l’horizon. Les tours de Buenos Aires brillent dans le lointain :

Au fur et à mesure que l’astre disparaît, le ciel prend des teintes de toute beauté :

Courte visite, mais Colonia nous a enchantés. C’est tout petit mais très proche de Buenos Aires et nous conseillons cette ville à tous les visiteurs de passage dans la capitale Argentine.

Mercredi en début d’après-midi, nous partons pour Montevideo. Mais avant cela, nous testons le « civito » :

Espèce d’énorme sandwich fourre-tout très populaire en Uruguay. Il faut signaler que depuis hier nous subissons une véritable inflation dans les prix si l’on compare à l’Argentine, tout est ici plus cher.

Juste avant de monter dans le bus, nous aurons, et surtout Jez, la joie de tomber sur une meute de chiens, probablement errants :

Depuis que nous sommes en Amérique du Sud, nous avons pris l’habitude de voir des chiens partout et à toutes heures. Il faut signaler qu’ils sont un peu plus cons qu’en Asie et plusieurs voyageurs que nous avons rencontré se sont déjà fait mordre. En général, les groupes ne dépassent pas 2 ou 3 toutous, mais ici c’est le carnage !

3 heures de bus plus tard, nous arrivons à Montevideo, la capitale. La ville est plus grande que ce que nous pensions et nous mettons un peu de temps à aller à l’auberge à pieds. Nous passerons la soirée à glandouiller à l’auberge en attendant le lendemain pour visiter.

Jeudi, c’est sous le soleil que nous partons visiter le centre ainsi que la vieille ville. Les zones qui nous intéressent sont assez restreintes et c’est tant mieux car nous n’avons pas non plus une énorme motivation.

La Plaza Independencia :

Nous avons la surprise de constater qu’Enrique Iglesias figure sur le « walk of fame » local :

Quelques photos du centre de Montevideo :

La Plaza Constitucion, principale place de la ville :

Nous allons ensuite observer les pêcheurs sur la jetée :

Dès qu’on parle de pêche et de poissons, les chats répondent présent. Tous les mêmes à travers la planète.

Nous remontons ensuite la « promenade des anglais » locale :

Notre conscience professionnelle nous a obligés à tester le McDo local et nous ne sommes pas déçus car le Mc Flurry est bien chargé comme il faut !

En attendant la coupe du monde, nous pouvons tester la popularité du maillot français qui à l’air de se vendre même ici.

Après les excès culinaires de la journée (Burger King et McDo), ça sera sandwich à l’auberge :

C’est une auberge de comiques, mais c’est vrai qu’ils ont bien raison, c’est plus facile quand maman passe derrière nous pour nettoyer.

Vendredi matin, debout à 6 heures car à 7 heures et demie nous prenons le bateau pour Buenos Aires. Un peu en dilettante sur la prise d’informations, nous n’avons même pas l’adresse où doit se faire l’embarquement du bateau. Nous indiquons au taxi tant bien que mal le nom de notre compagnie, Colonia Express, et lui disons d’aller au port. Après 15 minutes de trajet, nous arrivons au port… de marchandises.

Nous comprenons qu’il y a un souci, nous ne sommes pas au bon endroit. Pour compliquer la chose, il ne nous reste presque plus de monnaie locale. Nous expliquons au taxi que ce n’est pas là et il finira par comprendre qu’il doit aller à un autre terminal qui se situe à 15 minutes de là. Gros problème car nous n’avons pas assez de sous pour aller jusqu’au bout. A mi-chemin, nous lui disons de s’arrêter car on ne peut pas financer plus de trajet. Le taxi, se sentant en tort, nous dit qu’il paiera le reste de la course. Vraiment sympa !

Nous arrivons finalement au terminal de bus. Houlà deuxième problème ! Le chauffeur de taxi et un autre gars insistent en nous disant que c’est bien là mais nous ne comprenons pas car nous sommes censés prendre le bateau et non le bus. Les idées encore enfarinées nous comprenons finalement que nous rejoindrons Colonia en bus et prendrons ensuite le bateau. Si l’on avait su… on se serait épargnés une course de bon matin et nous serions allés à pieds à la station de bus qui n’était pas si loin que ça de l’auberge. Bref, ça nous apprendra à être consciencieux.

Après ce nouveau trajet en bus + bateau (où nous essaierons de monter dans le mauvais bateau à Colonia, décidément…) nous arriverons juste à temps à Buenos Aires pour déposer nos affaires à l’auberge, changer de l’argent et aller voir les Bertoux, famille qui voyage autour du monde pendant 1 an. Ils ont commencé en juillet dernier et nous avons visité plusieurs pays en commun. Nous passerons une après-midi très sympathique à se raconter nos anecdotes de voyage après presque 11 mois passés sur la route :

Quelques photos du centre de Buenos Aires :

Nous avons élu domicile à Pax Hostel, auberge située non loin du quartier de San Telmo. Baptiste, un autre français voyageur, qui est dans notre dortoir nous apprendra que l’endroit est plutôt réputé gay. La veille il a du chasser de son lit deux gars qui passaient à l’acte… ça promet !

Baptiste voyage depuis plus d’un an et nous fera bien marrer toute la soirée avec ses expressions et anecdotes pittoresques.

Samedi 19 avril, nous commençons par l’achat de nos billets de bus pour (enfin) quitter Buenos Aires le dimanche. C’est que le temps passe et ça va faire 2 semaines que nous sommes dans les environs. La gare de bus de Buenos Aires est juste gigantesque et dessert quasiment toute l’Amérique du Sud. Il y a des plans pour se repérer au moment d’acheter son billet car on compte plus de 200 guichets !

Un peu à la bourre, nous partons ensuite visiter la ville de Tigre. Tigre est une ville située dans la banlieue de Buenos Aires qui est réputée pour son delta. Après avoir passé pas mal de temps dans le train, surtout à l’attendre, nous arriverons vers 15 heures dans cette banlieue chic.

Il y a des canaux, des bateaux, et surtout beaucoup de monde. Le delta est composé d’une multitude d’îles où les portenos (habitants de Buenos Aires) aiment avoir une résidence secondaire. On nous a parlé de « Tres Bocas », île située dans le delta sur laquelle on peut se balader. Après avoir un peu hésité, nous pensons enfin obtenir les bons billets de bateau qui coûtent la modique somme d’environ 50 pesos A/R.

La fin de journée approche et nous sentons que la visite sera plutôt brève.

En chemin, nous avons l’impression que ce bateau va couler !

Le delta et ses maisons :

Le bateau nous dépose ensuite sur l’île de « Tres Bocas » et une vague carte nous informe que nous pouvons en faire le tour. Nous partons en exploration :

Nous marchons, marchons, marchons en espérant prendre les bonnes directions puisqu’il n’y a aucun panneau. Nous en profitons pour admirer les canaux et les maisons qui se trouvent en plus ou moins bon état. La ballade est plutôt sympa en ce weekend prolongé en Argentine puisque demain c’est Pâques. L’île est donc très animée.

Les couleurs de cet arbre nous rappellent que les saisons sont ici inversées par rapport à l’Europe et que l’automne est déjà bien avancé.

Au bout d’un moment nous comprenons que nous faisons fausse-route et décidons de faire demi-tour afin de rentrer avant la nuit et surtout avant le dernier bateau.

Nous rallierons à temps l’embarcadère et aurons moins de problèmes pour rentrer sur Buenos Aires en train. Sur le chemin du retour :

Le métro de Buenos Aires est généralement très bien décoré :

Dimanche 20 avril, dernier jour à Buenos Aires puisque ce soir nous prenons un bus de nuit pour Posadas. Nous fêtons ça en allant déjeuner dans une des meilleures « parilla » de la ville qui nous a été chaudement conseillée. Don Julio, c’est son nom, se situe dans le quartier de Palermo et représente, a priori, l’esprit typique des restaurants à viandes argentins.

La rançon de la gloire est que nous devons attendre 45 minutes avant de manger, il est pourtant 15 heures ! Dernière occasion de flâner dans le très joli quartier de Palermo.

Après avoir fait un petit tour, nous devons toujours patienter et on peut dire qu’ils savent faire plaisir aux clients en nous offrant plusieurs verres de vin :

Nous aurons ensuite le plaisir de déguster un véritable festin avec le « Bife de lomo ». C’est un morceau de choix sans aucun nerf ni gras qui fond littéralement dans la bouche avec un goût succulent. Hmm, délicieux !

Le rosé est également exceptionnel et la mousse au chocolat divinement bonne. Quel plaisir ce repas, quel plaisir la nourriture argentine. Il faut quand même compter environ 700 pesos à deux (plus de 60€ au taux de change officiel).

Après avoir passé une bonne partie de l’après-midi dans le restaurant, nous prendrons quand même le temps de faire un dernier tour à San Telmo. C’est dimanche et donc jour de feria, c’est-à-dire de marché :

Dans la soirée, nous irons à la station de bus pour quitter définitivement Buenos Aires. 17 heures de bus nous attendent pour rejoindre la partie Nord du pays.

Nous aurons beaucoup apprécié notre passage à Buenos Aires qui est une ville vraiment agréable et où l’on se verrait bien vivre. Nous recommandons chaudement.

Pour voir toutes les photos de l’Uruguay, cliquez ici, et pour l’Argentine, cliquez là !

Laisser un commentaire